Stop aux idées reçues

Les horaires de travail sont plus contraignants que dans les autres secteurs d’activité

VRAI et FAUX. Certes, les magasins de prêt-à-porter et de lingerie ouvrent généralement le samedi. Néanmoins, les vendeurs travaillent 35 heures par semaine, comme la majorité des salariés français. Seule différence... Les emplois du temps sont aménagés différemment.

Exemple : Un salarié qui travaille le samedi sera de repos le dimanche et le lundi.

Et quand il y a des heures supplémentaires, elles sont payées davantage.

De même, certains magasins ont désormais l’autorisation d’ouvrir le dimanche. Dans ce cas, des compensations peuvent être prévues (récupérations, majorations,…).

Les salaires ne sont pas intéressants

FAUX. Si un vendeur débutant est le plus souvent payé au SMIC, les perspectives d’évolution sont nombreuses et rapides. Un vendeur motivé pourra donc grimper les échelons en quelques années et voir son salaire augmenter sensiblement.

Sans oublier que de nombreux employeurs ont mis en place des systèmes de primes, en fonction des résultats des ventes.

Dans un commerce de prêt-à-porter ou de lingerie, toutes les journées se ressemblent

FAUX. Les tâches d’un vendeur ou d’un responsable de magasin sont variées : accueil et conseil auprès des clients, encaissement, réaménagement des rayons, gestion des stocks,...

Des moments forts viennent également rythmer la vie du magasin : opérations spéciales, soldes,...

Enfin, les clients ne sont jamais les mêmes. Chacun a des besoins et des attentes différents, auxquels il faut répondre.

Voir la vidéo LES MISSIONS, LE QUOTIDIEN: LES + ET LES -

« Vendeur un jour, vendeur toujours »

FAUX. Les métiers de la vente sont des métiers dans lesquels on peut débuter avec ou sans diplôme. Les échelons se gravissent ensuite grâce à une solide expérience et à une forte motivation. Et les opportunités sont nombreuses !

Un vendeur passionné et désireux de prendre des responsabilités pourra rapidement se voir confier un poste de responsable adjoint, puis de responsable.

Voir la vidéo ÉVOLUTIONS PROFESSIONNELLES ET PROJETS

Créer ou reprendre une boutique, c’est beaucoup trop risqué

VRAI et FAUX. Il y a une part de risque dans toute création d’entreprise, dans le commerce de l’habillement comme dans les autres secteurs.

La création ou la reprise d’un magasin demande beaucoup d’implication et d’énergie. Il est essentiel de bien étudier le marché avant de se lancer.

Mais c’est aussi une formidable aventure pour tous ceux qui ont une âme d’entrepreneur et l’envie d’être leur propre patron.

On est mieux payé quand on travaille dans une grande chaîne de magasins

FAUX. Les chaînes succursalistes ne proposent pas des salaires plus attractifs que les boutiques indépendantes et recourent fréquemment aux temps partiels.

La vraie question à se poser est surtout celle de l’intérêt du travail.

Travailler pour une chaîne qui emploie des milliers de personnes n’implique pas les mêmes tâches quotidiennes, ni les mêmes responsabilités que le travail dans une boutique indépendante.

Le fait d’être employé dans une petite structure vous permet en effet d’être plus autonome, d’avoir des missions variées et d’être davantage au contact des clients.

Visitez la boutique virtuelle